Difference between revisions of "Accueillir à distance, créer un climat de confiance"

From M@gistère
Jump to navigation Jump to search
 
(20 intermediate revisions by 4 users not shown)
Line 1: Line 1:
Retour : [[Les points clés de la mise en oeuvre]]
+
Retour : [[Les points clés de la mise en oeuvre|Les points clés de la mise en œuvre]]
  
 
=== Pourquoi est-ce difficile ? ===
 
=== Pourquoi est-ce difficile ? ===
  
 
====== Avant ======
 
====== Avant ======
Première difficulté : faire en sorte que les acteurs
+
* Première difficulté : faire en sorte que les acteurs aient envie de suivre le parcours. Avant même qu’il ne commence, il faut se préoccuper de la participation de chacun.
aient envie de suivre le parcours. Avant même qu’il ne commence, il faut se
+
* Question de l’adhésion : quelle part de choix, de liberté a été laissée au stagiaire sur la participation à la formation ? Quelle négociation ?  
préoccuper de la participation de chacun.
+
* Lors d’une première expérience : entre l’annonce du parcours et le lancement réel, des inquiétudes s ‘installent, des fantasmes font émerger des craintes liées à l’outil, au contrôle...
 
 
Question de l’adhésion : quelle part de choix, de
 
liberté a été laissée au stagiaire sur la participation à la formation ? Quelle négociation ?  
 
 
 
Lors d’une première expérience : entre l’annonce du
 
parcours et le lancement réel, des inquiétudes s ‘installent, des
 
fantasmes font émerger des craintes liées à l’outil, au contrôle...
 
  
 
====== Les craintes ======
 
====== Les craintes ======
Sentiment d’isolement : crainte d’être seul devant l’ordinateur.
+
* Sentiment d’isolement : crainte d’être seul devant l’ordinateur.
 
+
* Inquiétudes liées à la plateforme : ce qu’on peut voir, ce que voit l’IEN… posture de chacun.
Inquiétudes liées à la plateforme : ce qu’on peut voir,
+
* Méconnaissance du formateur, des participants.  
ce que voit l’IEN… posture de chacun.
+
* Crainte de s’exposer : "est-ce qu’on verra ce que je fais ?" et aussi "ce que je ne fais pas ?"
 
 
Méconnaissance du formateur, des participants.  
 
 
 
Crainte de s’exposer : « est-ce qu’on verra ce que je fais ? »
 
  
 
=== Quels sont des principes de l’action ?  ===
 
=== Quels sont des principes de l’action ?  ===
1. Identifier clairement les besoins des apprenants en amont d'un plan de formation
+
* Identifier clairement les besoins des apprenants en amont d'un plan de formation  
 +
* Donner une part d'autonomie aux apprenants dans leur choix de parcours de formation
 +
* Mettre en oeuvre une démarche explicite ( pas d'implicite ) :
 +
* Déconstruire les fantasmes en réduisant la distance entre les représentations des apprenants et la réalité de M@
 +
* Privilégier dans la mesure du possible des formateurs déjà connus des apprenants
 +
* Présenter le statut des formateurs et notamment en précisant leur champ de compétences ou de connaissances.
 +
* Constituer le collectif au travers d’activités collaboratives synchrones  (tout en permettant l’asynchrone) : écriture collaborative (Etherpad) / tableau blanc classe virtuelle pour permettre aux personnes de s’exprimer sans être reconnu.
  
2. Mettre en oeuvre une démarche explicite ( pas d'implicite )
+
=== Quels sont les pièges à éviter ? ===
 +
* ne pas prendre en compte les fantasmes sur Magistère et le déroulement du parcours
  
3. Déconstruire les fantasmes en réduisant la distance entre les représentations des apprenants et la réalité de M@
+
* négliger l'implicite, le non-dit
  
4. Lutter contre l'isolement
+
* ne pas expliciter le "qui voit quoi", "qui fait quoi".  
  
5. Privilégier dans la mesure du possible des formateurs déjà connus des apprenants
+
* ne pas équilibrer la parole entre "experts" et les "novices" (que les experts monopolisent la parole)
  
6. Présenter le statut des formateurs et notamment en précisant leur champ de compétences ou de connaissances.
+
* négliger la mise en confiance (rencontres, inspections, vécu...) en amont de la formation
  
7. Constituer le groupe par une approche collaborative de type Etherpad ou tableau blanc de la classe virtuelle.
+
* ne pas présenter les acteurs et négliger les temps de présentation et d'échanges en début de parcours
  
=== Quels sont les pièges à éviter ? ===
+
* même si on a des attentes d'attitudes professionnelles, le facteur humain reste présent 
 +
* Prendre garde au ton utilisé, au vocabulaire, qu'il soit écrit ou oral. 
  
 
=== Comment progresser collectivement sur ce point ? ===
 
=== Comment progresser collectivement sur ce point ? ===
* Présenter les acteurs et de leur rôle dans le process
+
* Posture du formateur : développer des postures d'écoute bienveillantes, favorisant la prise de parole de tous.
*       Réduire les implicites
+
* Prévoir des temps d'échanges de pratique entre formateurs pour enrichir collectivement les stratégies de formations.
* constituer le collectif au travers d’activités collaboratives synchrones (tout en permettant l’asynchrone) : Etherpad / tableau blanc classe virtuelle pour permettre aux personnes de s’exprimer sans être reconnu.
+
* Mise en place des plans de formation : combiner l'attente institutionnelle et les besoins identifiés. Construire une inscription dans les formations permettant un choix des stagiaires.
* Posture du formateur : ne pas monopoliser la parole mais laisser les stagiaires échanger, (« écarter les experts »)
 

Latest revision as of 14:50, 30 May 2016

Retour : Les points clés de la mise en œuvre

Pourquoi est-ce difficile ?

Avant
  • Première difficulté : faire en sorte que les acteurs aient envie de suivre le parcours. Avant même qu’il ne commence, il faut se préoccuper de la participation de chacun.
  • Question de l’adhésion : quelle part de choix, de liberté a été laissée au stagiaire sur la participation à la formation ? Quelle négociation ?
  • Lors d’une première expérience : entre l’annonce du parcours et le lancement réel, des inquiétudes s ‘installent, des fantasmes font émerger des craintes liées à l’outil, au contrôle...
Les craintes
  • Sentiment d’isolement : crainte d’être seul devant l’ordinateur.
  • Inquiétudes liées à la plateforme : ce qu’on peut voir, ce que voit l’IEN… posture de chacun.
  • Méconnaissance du formateur, des participants.
  • Crainte de s’exposer : "est-ce qu’on verra ce que je fais ?" et aussi "ce que je ne fais pas ?"

Quels sont des principes de l’action ? 

  • Identifier clairement les besoins des apprenants en amont d'un plan de formation
  • Donner une part d'autonomie aux apprenants dans leur choix de parcours de formation
  • Mettre en oeuvre une démarche explicite ( pas d'implicite ) :
  • Déconstruire les fantasmes en réduisant la distance entre les représentations des apprenants et la réalité de M@
  • Privilégier dans la mesure du possible des formateurs déjà connus des apprenants
  • Présenter le statut des formateurs et notamment en précisant leur champ de compétences ou de connaissances.
  • Constituer le collectif au travers d’activités collaboratives synchrones (tout en permettant l’asynchrone) : écriture collaborative (Etherpad) / tableau blanc classe virtuelle pour permettre aux personnes de s’exprimer sans être reconnu.

Quels sont les pièges à éviter ?

  • ne pas prendre en compte les fantasmes sur Magistère et le déroulement du parcours
  • négliger l'implicite, le non-dit
  • ne pas expliciter le "qui voit quoi", "qui fait quoi".
  • ne pas équilibrer la parole entre "experts" et les "novices" (que les experts monopolisent la parole)
  • négliger la mise en confiance (rencontres, inspections, vécu...) en amont de la formation
  • ne pas présenter les acteurs et négliger les temps de présentation et d'échanges en début de parcours
  • même si on a des attentes d'attitudes professionnelles, le facteur humain reste présent
  • Prendre garde au ton utilisé, au vocabulaire, qu'il soit écrit ou oral.

Comment progresser collectivement sur ce point ?

  • Posture du formateur : développer des postures d'écoute bienveillantes, favorisant la prise de parole de tous.
  • Prévoir des temps d'échanges de pratique entre formateurs pour enrichir collectivement les stratégies de formations.
  • Mise en place des plans de formation : combiner l'attente institutionnelle et les besoins identifiés. Construire une inscription dans les formations permettant un choix des stagiaires.