Rendre compte de mon activité de formateur

From M@gistère
Jump to navigation Jump to search

Retour : Les points clés de la mise en oeuvre

Pourquoi est-ce difficile ?

Un formateur en fonction de sa situation est amené à rendre compte de son activité de formateur à des acteurs différents : l’inspecteur commanditaire de la formation, le service académique de formation, etc. De ce fait, les attentes envers un compte-rendu sont différentes (quantitatif, qualitatif).

De plus, rendre compte d’une formation de manière formelle n’est pas encore entré dans la culture professionnelle des formateurs du second degré.

Enfin, la formation hybride réunit des modalités différentes alors que précédemment il n’y avait qu’une modalité présentielle. De même, la partie préalable à l'animation de la formation peut correspondre soit à une conception in extenso soit à une appropriation d'une formation conçue par d'autres. Les rôles sont aussi différents (formateur-concepteur, formateur-tuteur), parfois réunis chez une seule personne, parfois répartis sur des équipes.

Quels sont des principes de l’action ? 

De quoi cherche-t-on à rendre compte ?

- Envers l'institution, dimension quantitative liée aux ressources humaines mobilisées, à la charge financière de l'activité.

- Envers les inspecteurs commanditaires, dimension qualitative liée aux objectifs initiaux et des objectifs réellement atteints, etc.

La formation s'étalant dans une durée et en fonction du cadrage initial (rôle de chacun par exemple), le formateur doit réunir les informations qui permettront d'établir le compte-rendu final.

Dans le cas d'un parcours déjà conçu, le livret du formateur mentionne de manière indicative les volumes horaires de l'appropriation du parcours, de la contextualisation (adaptation d'un parcours existant).

Quels sont les critères d'évaluation d'une action de formation ?

Le déroulement de la formation

- L'assiduité

- Rendre compte des activités sociales avec les démarches proactives et réactives : rendre compte des interactions entre participants et formateurs, entre pairs, des activités de mutualisation et de collaboration

- La barre de suivi de formation - faire le point sur les activités sociales qui ont fonctionné ou non, pour adapter/modifier le parcours pour de prochaines sessions

- Le questionnaire final : s'appuyer sur le retour des participants

Le transfert de la formation dans son contexte professionnel

Les formations s'étalant sur une durée, des allers-retours entre la formation et la pratique en classe sont introduits, le formateur peut rendre compte des évolutions des représentations et des pratiques.

Quels sont les pièges à éviter ?

Se limiter à un compte-rendu purement quantitatif et cantonné à remplir une grille formatée. Occulter la dimension qualitative.

Confondre compte-rendu d'activité et surveillance des apprenants.

Comment progresser collectivement sur ce point ?

Produire un cahier des charges et une note de cadrage académiques en amont de la mise en place des actions de formation.

Produire des outils différenciés en fonction de la situation des formateurs et des acteurs à qui il faut rendre compte.

Mutualisation des pratiques entre les différentes académies.

Mise en réseau des formateurs avec mise à disposition d'outils pour rendre compte de leurs activités.